07081119_ARCHEO_X1P1_oriLe Musée du Caire, présente une prothèse du gros orteil formée de bois et de cuir, attachée au pied d'une momie égyptienne vieille de 1000 à 600 ans av. J.-C. L'existence de ce type de chirurgie avait été signalée sur une momie égyptienne de 1550 à 1300 av. J.-C. dans un article de la revue Lancet en 2000. Signée par des médecins allemands, l'étude montrait que les chirurgiens égyptiens avaient amputé le gros orteil puis réalisé une prothèse pour le pied d'une femme âgée de 50 à 55 ans.

Une telle opération est nécessaire car le gros orteil supporte environ 40 % du poids de la marche, et son absence entraîne un déséquilibre en station verticale et une claudication lors de la course. En Asie, le plus ancien Veda de l'Inde antique (1500-800 av. J.-C.) signale l'existence d'une jambe artificielle en bois. Les prothèses dentaires étaient également un fait courant dans l'Antiquité. Les Egyptiens savaient fabriquer des bridges, qui seront perfectionnés plus tard par les Etrusques, les Phéniciens et les Grecs.

C. Ga.

Article paru dans Le Monde édition du 11 aout 2007
AFP PHOTO THE UNIVERSITY OF MANCHESTER