DSCI0031iComme beaucoup d'entre nous, la vie d'Abel a basculé un jour le 8 juin 2003. Abel avait alors 17 ans et, comme il le reconnait volontiers maintenant il n'était pas forcément sur la bonne pente. Ce jour-là, alors qu'il roule sur son scooter, une voiture le renverse et lui écrase la jambe droite. Les chirurgiens tenteront le tout pour le tout, mais cinq jours plus tard en raison d'une gangrène il faut se résoudre à l'amputer.

Sa famille alors choquée est encore plus surprise de sa réaction, de son indifférence apparente. "Ma jambe n'est plus là, et alors qu'est-ce que çà change ?". Mais cette indifférence feinte cache mal une souffrance et un mal être qui ne fait que commencer et qui durera plusieurs années. La modification de l'image du corps est difficile à accepter pour beaucoup de ceux qui ont connu cette expérience, mais probablement encore plus difficile lorsque l'on est adolescent. Et les rêves d'Abel c'était le sport et de pouvoir entrer dans l'armée comme son père ...

Les années qui suivront seront très dures, mélanges de haine et de révolte. Abel se sent seul au monde, isolé et différent. Le premier séjour dans un centre de rééducation se passa très mal et il n'accepta même pas une prothèse pour rentrer chez lui et se renfermer. L'alcool, un peu de drogue, une vie exclusivement nocturne dans sa chambre avec des maquettes et sa Playstation. Bref, un refus complet qu contact avec les autres et la vie réelle pour ne pas avoir à assumer sa différence. Heureusement, la passion du sport lui évite de sombre totalement et il équipe sa chambre son garage. Toujours à l'écart cependant pour ne pas se montrer.

DSCI0020iHeureusement un jour, il décide que cela ne peut plus continuer ainsi. Pourquoi ? Surement grâce au soutien sans faille de sa famille, de sont père notammant et de deux rencontres, le docteur CHRAIBI et Claude FERRI, prothésiste. Abel décide alors de se faire appareiller et de reprendre une rééducation qui n'avait pas vraiment commencé. Les galères ne sont pas tout à fait terminées car devra être réopéré à cause d'un ostéophyte, le privant de sa nouvelle prothèse pour plus de 6 mois. Mais peu importe, Abel a maintenant décidé de profiter de la vie, même sur une jambe.

Sa vraie passion c'est la boxe. Après des années d'entrainements dans son garage, il décide de s'inscrire dans un club. D'abord en essayant de cacher sa différence puis en l'assumant pleinement. Certes, il reconnait ne pas avoir totalement fait le deuil de sa jambe mais maintenant cette différence il l'assume et ne la cache plus. Elle ne l'empêchera pas de réaliser ses rêves, boxer, courir, faire du roller. Grâce notamment à son prothésiste, très soucieux de l'aider. Maintenant équipé d'un C Leg, il peut pratiquer pleinement la boxe.

Abel uniboxer ou boxer unik ?

envoyé par adepa

Comme il en avait rêvé, Abel est remonté sur le ring. Maintenant, il souhaite aider d'autres jeunes comme lui et leur éviter les années de galère et l'isolement qui l'ont tant fait souffrir. Ces trop longues années qu'il a passées, se croyant seul et trop différent, il aimerait tant que d'autres ne les connaissent pas.

Tous motivés ! Ne rien lacher et se lancer ! Abel aimerait connaitre d'autres jeunes qui malgré une amputation ont souhaité ou souhaiterait reprendre leur combat, pour la vie entre autres.

Si vous souhaitez contacter Abel, merci de laisser un message sur le blog.

amputation, boxe, ampute, prothèse, unijambiste, handisport, handiboxe, amputation, boxe, ampute, prothèse, unijambiste, handisport, handiboxe, amputation, boxe, ampute, prothèse, unijambiste, handisport, handiboxe, amputation, boxe, ampute, prothèse, unijambiste, handisport, handiboxe, amputation, boxe, ampute, prothèse, unijambiste, handisport, handiboxe,