2011-07-231Il y a des gens qui choisissent un métier pour subvenir à leurs besoins , et puis d'autres qui entrent dans une profession parce que ça leur remue les tripes ... c'est le cas d'Hervé, prothésiste.
Nous nous sommes rencontrés par mail , avant notre arrivée en Polynésie . J'ai choisi cette entreprise pour appareiller nos enfants parce que j'aimais le ton de nos échanges , ne connaissant rien de plus qu'un nom et une adresse !


Et nous avons rencontré une équipe formidable ,compétente, humaine , drôle , sensible ...bref ce qu'attendent tous ceux qui ont besoin que l'on "prenne soin" d'eux de façon globale .
La prothèse c'est un appareillage très technique  mais ça ne fait pas tout ! il y a les essayages , les modifications , la douleur parfois , la reprise de zéro quand ça ne va pas , la réflexion autour de la personne à appareiller ...on n'appareille pas de la même façon un petit enfant d'un papy !
Il y a aussi et surtout une relation de confiance entre le professionnel et le patient (oh que je n'aime pas ce mot ...j'ai toujours préféré les patients impatients !!! ).
C'est ce que nous avons trouvé chez Pacific ortho .

Aujourd'hui nous nous sommes réunis , professionnels et personnes amputées , ainsi que nous , parents de petits loups amputés , pour une journée particulière .

Au fil des ans , les patients amputés fémoraux rencontrent de plus en plus de problèmes  pour obtenir une prothèse , ça parait incroyable de devoir quémander le droit de marcher mais c'est bien ce qui se passe en Polynésie !


2011-07-23Ca fait des années qu'Hervé se bat pour une prise en charge décente des personnes handicapées , qu'Yveline prend sa voiture pour accompagner les patients au contrôle médical de la CPS et défendre leurs droits ...mais ce n'est pas leur métier !


Ce qui va suivre n'engage que moi , ça me met en colère alors ...vous me connaissez non ?
La CPS (sécurité sociale Polynésienne) est en déficit , ce n'est pas du à des soins trop coûteux ou à des arrêts maladie abusifs car elle était bénéficiaire il y a 10 ans ! il s'agit d'un mauvais choix politique , un investissement de l'argent du contribuable dans une entreprise qui a plongé ...


Alors qui paye les erreurs aujourd'hui ? ceux qui ont des soins coûteux ...une prothèse fémorale coûte cher , parce que ce n'est pas un objet standard , c'est presque un organe d'un individu toujours particulier , avec ses marques de fabrique , son histoire , et qui doit donc être façonnée à chaque fois de A à Z .
Comment fait-on des économies quand on est chef d'entreprise ? c'est simple : on se débarrasse de ce qui coûte le plus cher ... les personnes handicapées sont une minorité , c'est si simple d'oublier leurs besoins !

Voilà ou on en est : Si une prothèse coûte trop cher selon le médecin conseil , alors c'est refusé ...ma petite expérience c'est que le Médecin conseil que j'ai rencontré ne connaît pas la différence entre une emboîture contact comme pour Télio et un manchon comme pour Bilal ... je n'ajoute pas de commentaire , je pense que tout le monde à compris ce que j'en pense ?! (purée je suis super soft hein ...ça c'est le coté zenitude Polynésien ,je sens que je tiens le bon bout là !).

Donc Hervé à organisé cette journée de témoignages personnels , d'histoires de vie , afin de sensibiliser les acteurs de la prise en charge des amputés aux problèmes rencontrés par ceux ci . Je crois que personnellement nous avons surtout témoigné de la vie la plus normale possible que vivent nos enfants appareillés et de l'importance énorme que ça a pour leur intégration et leur futur .


J'avais envie d'en parler ici , parce que ces problèmes n'existent pas en France et que c'est une vraie injustice de résider en Polynésie quand on est amputé ... c'est pourtant un pays qui a de bien belles choses à nous offrir par ailleurs !

C'était aussi et surtout une belle journée de partage entre professionnels et appareillés , bon faut dire qu'il y en a qui ont les 2 aussi casquettes...les gourmands ! Après la réunion nous nous sommes réunis autour d'un Ma'a pour échanger .

Extrait du blog de Katell :